SIAM, ITSM et ITIL: en bref

Quelle est la différence entre ITSM et SIAM

De façon classique, le terme IT-Service-Management (ITSM) désigne la mise à disposition, l’administration et l’amélioration des technologies de l’information (IT) au sein d’une entreprise ou d’une unité organisationnelle.
L’ITSM est souvent exploité dans le cadre de l’ITIL. En conséquence, tous les logiciels ITSM courants favorisent eux aussi la mise en œuvre de l’ITSM suivant l’ITIL.

Dans notre billet précédent, nous avions déjà présenté le SIAM et ses avantages. Maintenant se pose donc une question logique : quelles sont les différences entre SIAM et ITSM, et quel lien existe-t-il entre les deux ?

Fondamentalement, le SIAM ne peut pas être envisagé comme un framework indépendant, comme l’est l’ITSM. Au contraire, le SIAM viendra compléter l’ITSM au niveau de la gestion multi-prestataire (Multi Provider Management). Du fait de l’évolution vers des environnements IT en perpétuelle mutation, décrite dans le premier billet, les entreprises tendent de plus en plus vers des modèles d’achats dynamiques. Le SIAM est précisément le fruit de cette tendance, en cela qu’il complète l’ITSM pour la gestion de différents providers (prestataires).

Quel rôle joue l'ITIL dans tout cela ?

L’ITIL est composée de deux éléments clés : l’ITIL Service Value System (SVS) et le modèle à 4 dimensions ; le modèle à 4 dimensions étant lui-même contenu dans le SVS.
Et le SIAM peut effectivement être rapporté aux quatre dimensions de l’ITIL :

  1. organisation et personnes
  2. information et technologie
  3. partenaires et fournisseurs
  4. processus

À ce niveau, les parallèles entre SIAM et ITSM ne peuvent être ignorés.

  • Les dimensions 1 et 3 doivent être impliquées le plus étroitement possible. Et, au bout du compte, le SIAM repose lui aussi sur la confiance. Si les personnes, les organisations et les partenaires ne sont pas suffisamment impliqués, la relation de confiance est rompue, une situation qui conduit à son tour à une marche à vide due à la nécessité de discussions par ailleurs inutiles et à ce qu’on pourrait appeler la « recherche de coupables ».
  • De plus, la quatrième dimension, « processus », fait également partie intégrante du SIAM. Son importance doit être reconnue en particulier pour le Multi Provider Management. En effet, la gestion de prestataires multiples suppose la capacité à adapter rapidement de tels processus, d’où la nécessité préalable de maîtriser totalement les processus et d’en faire une représentation précise.
  • Enfin, la dimension n°2 a trait aux technologies de l’information. En bref : le SIAM doit pouvoir être mis en place de la manière la plus immédiate, efficace, fonctionnelle et économique possible via des produits appropriés.

Pour résumer

Le SIAM ne remplace pas l’ITSM, il en complète les possibilités et en renforce les avantages.

Dans une démarche classique d’ITSM suivant l’ITIL, on part généralement du principe que toutes les prestations sont fournies par le service IT interne. Cependant, cette situation de départ se trouve modifiée par la tendance des organisations IT à passer à un modèle d’achat dynamique. Les produits SIAM viennent soutenir les capacités d’adaptation et d’innovation par une acquisition de prestations auprès de fournisseurs internes et externes.

Dans notre prochain billet, nous vous ferons découvrir le produit qui constitue à nos yeux la solution SIAM optimale.